Laboratoire GReMOG

Réfléchir aux concepts et aux pratiques dans le domaine des sciences du management impose de s’interroger sur les éléments de contexte avec lesquels les managers doivent composer. La globalisation des activités à l’échelle mondiale, l’irruption des technologies numériques, l’omnipotence de la forme organisationnelle ‘Marché’, l’exacerbation de la concurrence entre entreprises globalisées, les exigences des nombreuses parties prenantes, – actionnaires, clients, salariés, organisations du ‘3ème Secteur’, transforment radicalement le contexte managérial et impulsent au sein des entreprises des comportements créatifs susceptibles de faire émerger de nouvelles solutions pour conserver, entretenir et développer leurs activités.

Entre l’illusion d’un management scientifique et les limites du recours à la théorie de la contingence, et en s’éloignant de la perspective de l’individualisme méthodologique pour lequel tout commence et tout finit par l’individu,  c’est le choix d’une analyse par les configurations (Elias, 1966) en tant que processus d’agrégation et de régulation sociale observables, qui doit permettre la compréhension d’assemblages spécifiques, qui, au-delà d’une prétention à l’universel, suggèrent aux chercheurs un décryptage des pratiques managériales et fournissent une assise à l’enseignement.

L’activité économique et organisationnelle contemporaine, entre globalisation et digitalisation, est vue, précisément dans cette perspective, comme une configuration mouvante d’individus, de groupes humains, d’entreprises, d’organisations et de sociétés nationales dont les actions, les expériences et les institutions s’imbriquent sans cesse et qui demeurent sensibles au poids du passé dans le présent, aux inerties, aux contraintes, aux régularités plutôt qu’aux aspérités circonstancielles du temps court.

Dans le même esprit, l’autonomie relative de la recherche scientifique par rapport au contexte dans lequel elle se déroule, crée une obligation éthique impérative pour le chercheur : ne pas occulter ce que ses choix de recherche (objet, méthodologie, terrain, …), doivent à son propre rapport aux valeurs. C’est cette dialectique d’engagement et de distanciation qui doit caractériser l’activité scientifique des chercheurs du GReMOG – PPA/Réseau GES.

Les choix méthodologiques

La polyvalence méthodologique des recherches (quantitatives et qualitatives) menées au sein du GReMOG illustre les pratiques spécifiques de chacun de ses membres. Cependant, et en cohérence avec le projet pédagogique (Digitalisation et Big Data), un effort particulier est entrepris afin de développer des recherches utilisant des méthodes de traitement de données quantitatives telles que les modèles d’équations structurelles, les méta-analyses, la scientométrie, la bibliométrie, l’analyse lexicale, …. . La mise en œuvre des 9 Observatoires PPA, associant les chercheurs du GReMOG et les étudiants de PPA, traduit, sous une autre forme, cette volonté de faire de l’analyse de données une composante majeure de l’apprentissage managérial.

 

200